Ce prieuré fut conventuel, à Compreignac, au Moye Âge ; c'était une dépendance de l'abbaye de Ligueuil. Mais dès le XVe siècle, il n'y avait plus de religieuses, seule restait la chapelle, qui se dégradait. Les habitants ont fait faire un procès verbal de son état en 1719 par Monsieur Sagnat, notaire royal de Compreignac, habitant à Népoulas :

Le 27e jour du mois d'avril 1719, au village de Montégut, paroisse de Compreignac en Limousin, par devant le notaire royal soussigné, présent les témoins bas nommés, environ les neuf heures du matin, se sont présentés Pierre de Mathias, sergent de la juridiction de Compreignac, Simon Mazeiraud, simon Marchandon, Jean de Jandille, Léonard de Mathieu, Jean Belujou, Jean Dalbert, Philippe Bureau tous tenanciers dudit village de Montégut, lesquels ont dit et exposé qu'il appartient à la Dame Abbesse de Ligueuil à cause de son prieuré de Montégut, dépendant du diocèse de Limoges, une chapelle scituée audit village, laquelle ladite Dame est obligée d'y faire faire l'office divin et icelle entretenir en luy payant les rentes quy luy sont annuellement payées au préjudice de quoy et au mépris de la religion ladite chapelle à défaut d'avoir esté entretenue est tombée la plus grande partie, scavoir le pignon où estoit placé le pinacle qui portoit la cloche qui y estoit suspendue quia tombé avec ledit pignon et s 'est mise toute en pièces lesquels mourceaux ayant fait presser, il s'en est trouvé le poids 180 livres et comme le restant de l'entière chapelle menace une entière ruine lesdits tenanciers sont obligés d'en faire visite et procès verbalpour lenthiner à ladite dame de Ligueuil, afin de pourvoir incessament à la remise de ladite chapelle et de ladite cloche et d'y faire faire le service divin qu'on a accoutumé d'y faire anciennement et pour cet effet m'ont requis de me vouloir porter dans ladite chapelle pour faire ledit procès verbal ce que j'ai fait en présence desdits témoins et desdits tenanciers et estant entrés dans ladite chapelle avons trouvé la moitié du pignon où estoit suspendu ledit pinacle et cloche renversé par terre et l'autre moittié menaçant aussy de tomber tellement que ledit pignon et pinacle ont besoin d'estre refaits tout à neuf, la couverture estant en très mauvais estat, pluvant par toute la chapelle , la moitié de ladite couverture tombée et les tuiles tout mis en pièces et si n'est prmptement pourveu au rétablissement d'icelle elle s'en ira entièrement en ruine ce qui causera un grand préjudice aux tenanciers de ladite Dame par la négligence et mépris de son église protestant lesdits tenanciers à défaut que ladite Dame ne fasse incessament rétablir ladite chapelle de se pourvoir contre elle par les voyes de droit et de justice meme de refuser les dixmes dépendant dudit prieuré et de répéter tous leurs dépens, dommages et intérets contre ladite Dame ; dont et du tout ils m'ont requis acte que je leur ay octroyé pour leur valoir et servir que de raison en présence de Pierre Géral, laboureur du village de La Vauzelle, demeurant de présent serviteur au village de Pontabrier, paroisse dudit Compreignac et de Noël Gatait, laboureur, habitant du village de Maubatein, paroisse de Bonac, témoins cognus, requis et appelés, lesquels avec lesdits tenanciers sauf dudit de Mathias ont déclaré ne scavoir signer de ce enquis

Cette chapelle était utilisée comme celle des autres prieurés de la paroisse, de temps en temps, lors de certaines fêtes religieuses des saint patrons, par exemple. L'abbaye de Ligueuil était loin et les divers fermiers, comme nous l'avons vu, avaient beaucoup de mal à encaisser des revenus qu' ils devaient ensuite donner à l'abbesse. Là, comme dans le village d'Angelard quelques célébrations, à l'occasion de sépultures au cimetière qui la joignait ont été faites. Là, par contre, nous pouvons retrouver, mieux qu'ailleurs l'emplacement de la chapelle, de la maison de la prieure, qui en était séparée et l'emplacement du cimetière, curieusement divisé en deux parties.

Pour faire cesser toutes contestations, je peux affirmer avec certitude qu'il n'y a jamais eu de prieuré grandmontain à Compreignac.